on a reçu on a remarqué tout sur la patrouille
 
 


L'intégralité des participations est publiée en ligne dans cette section à mesure des arrivages. La patrouille de lecture rend peu à peu compte de ses délibérations à la page tout sur la patrouille et ses morceaux choisis figurent à la rubrique on a remarqué (les sélections du 20 juillet sont en ligne !).

NB : Un clic sur les points de suspension ouvre une fenêtre donnant à lire la totalité de chaque texte.


Vol. 3 : Derniers textes reçus (fin mai à début juillet 2003)


Marie Dey (France) > Entre ciel et nuit 
Si j’étais le monde, alors mon univers ressemblerait à celui qui va se présenter à vous : les quatre collines verdoyantes qui délimitent mon horizon sont parfois agitées de tremblements et mouvements inattendus, faisant toujours craindre un déracinement. suite


Mohammed Mayoub (Comores) > Le Monde 1 
Si j’étais le monde, plus de six continents, je ferais le monde en un seul continent et les continents et les îles et îlots, tous se colleraient. suite


Maurice Guarrigues (France) 
Si j’étais le monde / Je construirais un temple / Aux quatre coins du Monde / Quant aux armes existantes / J’en ferais des sculptures / Aux quatre coins du monde / Qui pêle-mêle raconteraient l’histoire / De ces siècles passés suite


Severin N’gatta > Rien qu’un jeu d’enfants 
Si j’étais le monde des enfants, je ne perdrais pas mon temps à jouer aux porcs, à traîner dans le sable, à m’amuser comme des fous avec des tas de conneries, comme on le voit sur les terrains vagues des quartiers populeux. Ainsi réfléchissait presque à haute voix monsieur Kalou. suite


Bertrand Serrou (France) > Dernières nouvelles de l’utopie 
Si j’étais le monde, dit le moribond – ce monde conduit par la peur et l’intérêt – je m’efforcerais de supprimer les vacances de la légalité, de la vertu, ou de ce qu’il en reste car, à cet endroit, en ce moment, l’humanité c’est nous, que ça nous plaise ou non. suite


Marie-Henrie Majorel (France) 
Si j’étais le monde, je dirais d’abord aux astres d’être présents aux heures voulues par le caprice d’une horloge mise à l’heure par un poète. Malgré ce décalage d’horaire tout le monde dans ce bas monde ferait son travail, peut-être à une heure indue, s’il voit l’horloge du poète. suite


Jean-Clément Mengue (Congo) > Je suis ici, sans être d’ici 
Si j’étais le monde, j’aurais transmis mon savoir, mon secret d’invulnérabilité à mes voisins, qui pourtant, malgré mon statut d’autochtone, s’acharnent à me faire disparaître sur cette Terre. Je suis une créature du dieu Mudumangô, le créateur des eaux et de la forêt. suite


Boris Gillot 
Ah, si j’étais le monde / Mécontent, je serais / On y serait à moins ! / Nul ne pouvait prévoir / D’avoir un tel carnage ! / Ecoutez moi un peu / Je voudrais vous entendre sourire / Je voudrais vous voir espérer suite


Altin Pleqi (Albanie) > C'est un monde 
Si j’étais le monde, je persisterais en poète et la raison serait poésie, ah si…en Florence il y a un point mort et noir, le Messie… Hari-Poterja, autrement dit en albanais « mange-reste-fais du bruit », le rusé agent littéraire protecteur des gosses lettrés, désirait ces contes de fée disparus suite


Aurelle Doazan (France) > Amuse-gueules 
Si j’étais le monde, je ne vendrais pas mon âme au diable, une âme c’est trop précieux, mais je ne suis qu’un homme. Si j’étais le monde, je ne ferais pas de manières, mais je ne suis qu’un homme. Introduction suite


Thinà Andriafaly (Madagascar) 

Si j’étais le monde… Je serais le maître de cet univers et j’aurais le pouvoir de tout contrôler, de satisfaire ma curiosité, ma soif d’être riche et de tout posséder… Toutes les grandes maisons seraient à moi dont chacune aurait une grande terrasse et d’où je pourrais voir « moi-même » le monde, en respirant de l’air pur tout là-haut, voir tout ce qui se passerait en bas et autour de ma maison. suite

Jean-Claude Desperrier (France) 

Si j’étais le monde je ferais en sorte que chaque jour les salades vertes des brebis miaulent en regardant des chats d’Ankara et qu’elles poussent jusqu’aux sommets des arbres de Noël en se confondant avec les épines de glace dans les bocaux en mousse flottant sur les océans suite

Maliza (Congo) > Voyage en rêvasserie 

Si j’étais le monde, se dit-il. Et il s’écroula, non il ne s’assit pas, il s’écroula sur son fondement au pied d’un mutobo feuillu dont les racines, tels autant de doigts noueux et crochus, s’agrippaient au flanc du kyansoko surplombant de loin la plaine et le bleu acier du lac Tanganika. suite

Francisco Lopes (France) > Cœur de pigeon 

Si j’étais le monde ? Quelle question ! Tu ne préfères pas que l’on discute d’autre chose ? De nos prochaines vacances, par exemple ? Ou bien du temps qu’il fait ? suite

Olivier Kabore (Burkina Faso) 

Si j’étais le monde… Si j’étais le monde ? Et bien, que serais-je ? Peut-être ne serais-je rien après tout ; rien que le néant sidéral dans l’encre des nuits sans lunes et sans aucun soleil pour annoncer l’aube et égayer l’univers. Je serais sans nul doute cette obscurité suite

Fadila Boudhane (France) > Bras tendu 

Si j’étais le monde, je croquerais la pomme à pleines dents. Et dans les froids du vent, j’apprendrais la vérité. Je me moquerais du diable autant que du bon dieu. Et je me moquerais du mal autant que du bien. suite

Nanitelamio Kangou (Congo) > Si j’étais le monde politique 

Si j’étais le monde politique, je connaîtrais comme tous les autres les lois de la République et tairais mes passions ; j’aimerais concéder à tous mes compatriotes politiques ; je romprais mon alliance planétaire écrasante et ruineuse. suite

Arnaud Petit (France) > Je vous dis tout 

Si j’étais le monde ? Tu parles que je m’efforcerais de faire mieux. Non mais c’est vrai quoi, où que tu regardes quoi que tu écoutes c’est toujours les mêmes refrains : catastrophes, morts en pagailles, drames, guerres, attentats, chômage, destins brisés, vies bousillées suite

Gaëlle Rivière (France) > Si 
Si j’étais le Monde, je le ferais tel l’Eldorado de mes plus beaux songes dans lesquels je vole pareille à une colombe. Il serait un havre de paix, d’amour et de bonheur ou chacun de nous pourrait sourire en pensant à sa vie ! Le bonheur serait mon carpe diem suite

Djara (Niger) > Ils ont tout en bas 

Si j’étais le monde, je transférerais l’homme dans la Lyvire au fond de la mer. Où il serait un manque d’éducation notoire que de regarder les yeux dans les yeux en parlant, tout comme il serait un péché capital de parler en sourdine dans les oreilles d’autrui. suite

Patrick Chambettaz (Suisse) 

Si j’étais le monde, je tendrais à devenir meilleur. Ce ne serait guère aisé eu égard à mon âge avancé et au gâchis qu’une certaine créature – bimane et bipède, mais je ne veux accabler personne – est déjà parvenue à causer. suite

Laure Traore (France) > Si… mais ce n'est pas le cas ! 
Le monde… Le monde ? Peut être a-t-il créé l’humanité pour avoir quelqu’un à aimer, quelqu’un qui le comprendrait ? Peut-être… Sommes-nous des passagers clandestins, sur une petite planète de rien, perdus à la frontière d’une galaxie ? suite

Rektor (Sénégal) 

Si j’étais le monde je laisserais mes larmes chanter… Boum !!! Boum !!! Si j’étais Dieu, je bannirais ce bruit … Et je mettrais du lait frais à la place des confitures de piment. suite

Alain Beaufils (France) 

Si j’étais le monde le plus tendre, si je tenais le globe terrestre dans ma main comme on voit dans les cathédrales aux statues du bébé Jésus. Pelotonné sur les genoux blancs et bleus de sa maman Marie toujours Vierge, le Jésus tout-puissant… suite

Sara Conti (Belgique) > Germain 

Si j’étais le monde. Je commence avec ça pour te faire plaisir. Parce que franchement, ça ne m’intéresse pas d’être le monde. D’ailleurs, c’est quoi le monde ? Attends, Je vais te raconter une autre histoire. suite

Arcade (France) > Le jardin aux étoiles 

Si j’étais le monde ? … Je vous inviterais à me suivre pour un petit voyage car, comme dit le poète, il suffit parfois d’un peu d’imagination ! … Etes-vous prêt ? … Alors fermez les yeux ! suite

Cécile Menanteau (France) 

Au-dessus de la rue. Sous le ciel de la ville. Deux êtres humains. S’ils étaient animaux, le premier serait chat, le second rat. « Si j’étais le monde, je me mettrais à table et je ferais mes comptes, tout de suite, là maintenant ! » « Qu’est-ce que tu racontes-là ? » suite

Xavier Le Floch (France) > Pause déjeuner 

Si j’étais le monde, je serais le même monde que celui dans lequel je vis ! Je m’y sens bien et y suis heureux, alors pourquoi vouloir en changer… Mon appartement en bord de mer sera payé dans cinq ans, le crédit de la voiture est soldé, je partirai à la retraite dans moins de trois ans pour enfin m’adonner à la pêche à la ligne. suite

Philippe Leroyer (France) 

Si j’étais le monde, quel festin, quelle débauche de fumets et de saveurs, d’épices et de condiments, quelle extravagance de coloris émoustillants et de galbes appétissants ! Si j’étais le monde, je mettrais table et couvert pour des milliards d’humanité qui n’en peuvent mais. suite

Blandine Chevalier (France) 

Si j’étais le Monde, j’arrêterais le temps sur une mélodie de Mozart, un regard d’enthousiasme, une idée qui jaillit de mon cerveau, l’innocence de mon enfance, un orgasme offert par mon amant, un sourire de complicité, une phrase de bienveillance, un échange de savoir suite

Benoit Kongbo (République centrafricaine) > Tongana 

Si j’étais le monde, je ne resterais pas une humanité sans visage. Je déclinerais à qui veut le savoir mon identité. Je dirais que je ne suis pas humain ni animal. Je suis le monde. Je m’appelle Monde. Je ne suis ni homme ni femme. En français, on dira que je suis masculin. suite

Faust (France) 
Si j’étais le monde, je ne serais guère qu’une masse de terre gigantesque. Mon sol serait composé de plusieurs couches cachant mon cœur en furie que tant d’hommes ont cherché à atteindre, par goût du risque ou par trop plein d’imagination. Je suis Terre, les mots m’ont transformée, reine incontestée d’un royaume qui se meurt et de sujets qui me tuent. suite

Simone Blanc (France) > Si j’étais… 

Si j’étais le Monde / Je parcourrais les rues / En criant aux assassins / Je crierais et je fuirais / Les marteaux pesants / De la haine / Si j’étais le Monde / J’en tiendrais, des beaux discours ! suite

Assia Rguibi (France) > Les rêves de l’amour 

Si j’étais le monde, je me ferais comme je veux, je ne subirais pas cette vie d’enfer, d’amertume ! Si j’étais le monde… voilà bien une solution pour me débarrasser de mon insomnie chronique. Comme tous les soirs, mes nuits sont interminables suite

Sandrine Bettinelli (France) > Brève promenade hors du monde 

« Si j’étais le monde » voilà ce qu’elle coasse, la petite grenouille accroupie au fond du fossé. Si j’étais un conte, si j’étais une île, si j’étais sorcière, si j’étais folle, si j’étais laide. Si j’étais tout et si je n’étais rien. Si j’étais moi ou même toi. suite

Icare (France) > Si j’étais le monde… 

Je n’aurais ni ami / Ni famille, ni patrie / Ni maison, ni château / Ni idole, ni drapeau / Je serais sans cœur / Sans désir, sans malheur / Et je ne saurais rien / Et du mal et du bien. suite



Lire aussi :
Toutes les sélections de la patrouille de lecture
 # 1  (6 mai)
 # 2  (21 mai)
 # 3 
(04 juin)
 # 4 
(24 juin)
 # 5  (20 juillet)
 # 6  (août)

L'intégrale des contributions reçues
 vol.1  (mi-mars à début mai)
 vol.2  (courant mai)
 vol.3  (fin mai à début juillet, date de clôture)



Home

 page précédente | sommaire | prélude | faq | le projet | lectures/écritures | connexions | lendemains | mail